Entreprises et Candidats dans les métiers de l'Administration
Candidat Assistante polyvalente - réf.53303

Assistante polyvalente

Tatiana B. 75018 Paris
Vous devez obtenir les coordonnées du
candidat pour utiliser ce service

Interview de Tatiana B.

Définissez vous en quelques mots... Souriante, positive, dynamique, organisée, curieuse. J'ai développé tout au long de mon parcours professionnel, une polyvalence certaine et surtout le goût du challenge. Au sein des différentes structures qui m'ont accueillie, j'ai toujours su faire preuve d'adaptabilité afin d'aider différentes équipes. Quand mon planning et l'organisation de mon travail me le permettent, j'essaie toujours d'apporter ma collaboration à d'autres. Cela permet souvent de générer un esprit d'équipe bien plus fort, et une meilleure compréhension du travail des uns et des autres.
Pour vous, qu'est ce qu'un(e) bon(ne) assistant(e) ? Une personne ayant le désir de s'investir pleinement dans un projet d'entreprise. C'est également une personne faisant preuve d'adaptabilité, de résistance au stress, dynamique. Elle doit faire preuve de réactivité et doit être capable de prendre des décisions dans certaines situations délicates, c'est en quelque sorte le bras droit d'un manager. Cette personne doit faire preuve d'aisance avec l'outil informatique et d'une maîtrise de l'orthographe et de la grammaire.
Pour vous, qu'est ce qu'un bon patron ? Tout d'abord, c'est une personne avec laquelle la communication existe, et passe bien. Il n'y a rien de pire qu'un patron fermé, qui fasse de la rétention d'information. Le bon patron doit savoir dire quand ça va, quand ça ne va pas, et doit faire preuve d'un minimum de respect avec son assistant(e). Il sait faire confiance et déléguer.
Voir la suite de son Interview
Quel est selon vous le cadre de travail idéal ? Idéalement, mon temps de trajet pour aller à mon entreprise est inférieur à 30mn. Le nombre d'employés de la société m'importe peu, pourvu que l'ambiance au sein de l'entreprise soit au rendez-vous. Il n'y a rien de pire qu'une société où il n'y a pas un minimum de cohésion entre les collaborateurs.
Pour vous, qu'est ce qu'un(e) mauvais(e) assistant(e) ? Un(e) assistant(e) qui se contenterait de faire ses heures, qui se limiterait aux tâches qu’on lui aurait décrites lors de son embauche. Une personne sans esprit d’initiative, incapable d’anticiper, qui se contenterait d’attendre qu’on lui confie des missions et surtout qui paniquerait au moindre imprévu.
Avec quel patron ne pourriez vous pas travailler ? L'opposé de mon patron idéal. Une personne fermée, n'ayant aucun respect pour ses employés et surtout aucune confiance suffisante pour déléguer.
Pourriez vous nous faire part d'une expérience relative à l'une des questions posées précédemment ? A travers mon parcours professionnel, j'ai été confrontée à diverses situations désagréables, notamment travailler avec des assistantes qui se sont avérées très vite ne pas avoir le profil adéquat et surtout trop exécutantes, des patrons ne sachant pas déléguer, créant ainsi des situations difficiles à gérer par la suite. Le résultat bien souvent a été une charge de travail supplémentaire de mon côté. Malgré des situations plutôt délicates, j'ai toujours su rester positive et faire mon travail en m'investissant beaucoup plus lorsque c'était nécessaire, afin que les problèmes d'organisation de certains n'entachent pas le travail des autres équipes.
Selon vous l'avènement des nouvelles technologies et l'autonomie qu'elles confèrent à tout un chacun supprimera-t-elle à terme le rôle de l'assistante ou le renforcera-t-il ? Les nouvelles technologies ne pourront jamais remplacer véritablement une personne. Depuis une dizaine d’années, et surtout avec l’arrivée d’Internet, elles ont engendré de nombreux changements dans la fonction d’assistant(e). Les nouvelles technologies ont permis notamment des gains de temps considérables dans la gestion de certaines tâches ou projets, permettant ainsi à l’assistant(e) de pouvoir d’accroître son efficacité et d’élargir son champ d’action initialement administratif vers des missions en communication, RH, ou encore commerciales.
(Si vous êtes une femme) Les hommes entrent sans complexe dans ce métier : y voyez vous une concurrence ? La concurrence, qu'elle soit féminine ou masculine doit être quelque chose de stimulant, motivant. Concernant l'arrivée d'hommes en tant qu'assistant, je vois même cela comme quelque chose d'enrichissant en terme de collaboration, dans la mesure où ils n'ont pas forcément la même vision que les femmes sur certaines choses et la même façon de traiter certaines affaires, même si les résultats peuvent être identiques au final.
Pouvez vous faire le portrait de l'assistant(e) de l'an 3000 ? Essayer de se projeter aussi loin dan le futur est quelque chose de délicat, dans la mesure où le poste d'assistante a subi de nombreuses mutations ces dernières décennies, avec l'avènement des nouvelles technologies. Toutefois, je pense que l'assistant(e) restera une personne sur laquelle un patron comptera, et sera un(e) véritable spécialiste des nouveaux moyens de communication et outils bureautique.
Le télétravail est il un progrès ou une régression ? Cela dépend des personnes, de leur caractère et surtout organisation. Il peut être effectivement perçu comme un progrès, notamment pour des mères de famille, qui envisageraient alors plus facilement et sereinement la reprise d’une activité salariée. Cela leur permettrait de s’investir pleinement dans leur mission et probablement d’être beaucoup plus épanouies. Certaines personnes quant à elles, auront besoin d’être en contact direct avec d’autres collaborateurs pour se sentir plus efficaces dans leur travail.
Selon vous les 35 heures sont-elles réalistes pour l'assistant(e) ? En arrivant sur un nouveau poste, on doit en premier lieu trouver de nouveaux repères, lister les tâches récurrentes, occasionnelles, hiérarchiser les priorités, etc. En fonction de la personne, cela peut prendre plus ou moins de temps. Tout est une question d'organisation. Toutefois, il peut arriver que certains dossiers nécessitent qu'on s'y attarde beaucoup plus que prévu. Une assistante, du fait de ses responsabilités, doit donc faire preuve de souplesse horaire, en fonction des imprévus.
Sans langue étrangère, un(e) assistant(e) peut-(elle)il aujourd'hui prétendre à un parcours d'excellence ? Tout dépend de la structure au sein de laquelle l’assistante évolue, mais il me semble qu’à profils administratifs équivalents, la maîtrise d’une ou plusieurs langues étrangères sera un atout majeur, surtout si une entreprise développe son activité à l'international. Dans ce cas, on s’appuiera beaucoup plus facilement sur un collaborateur polyglotte. Notons toutefois que dans le cadre de la formation professionnelle continue, une assistante pourra toujours solliciter une formation linguistique.
Quelle différence faites vous entre un(e) assistant(e) et un(e) secrétaire ? L’assistante doit faire preuve de réactivité, d’autonomie, dans la mesure où elle a plus de responsabilités que la secrétaire. Elle doit également savoir faire preuve de discrétion et doit savoir anticiper les besoins de son patron. La secrétaire a un rôle d’exécutant beaucoup plus prononcé.
Réduire son Interview
Portrait Entreprise

Portrait




Portrait entreprise


Portrait
 
Assistante-Experte ..
..
.. ..
..
..

..